0892123456
contact@lesmutuelles.org

Le travail influe sur les dépenses de santé

Le travail influe sur les dépenses de santé

Alors que la réduction des dépenses de santé anime quotidiennement l’Assurance Maladie ainsi que les mutuelles santé en raison de la situation difficile rencontrée par la protection sociale en France, il convient d’aller au-delà. En effet, la consommation médicamenteuse en France trouve ses origines dans divers facteurs qu’il nous appartient d’évoquer parce que se contenter d’analyser le cas des mutuelles santé ou de l’Assurance Maladie n’est évidemment pas suffisant. Or parmi les raisons expliquant le caractère considérable des dépenses de santé en France, il convient naturellement de citer les conditions de travail. C’est pourquoi, l’Institut de Recherche et Documentation en Economie de Santé (IRDES) a consacré une étude très approfondie aux liens susceptibles d’être établis entre les dépenses médicales remboursées par l’Assurance Maladie et les mutuelles santé, et le travail.

/* */

Dès lors, il s’agit d’une étude particulièrement intéressante car elle va au-delà du constat au profit de la détermination des causes inhérentes à la situation calamiteuse de la protection sociale en France. Ainsi, il apparaît que les conditions de travail ont une influence majeure sur les conditions de santé d’un individu tant sur le plan moral que sur le plan physique. En conséquence au lieu d’envisager continuellement des réductions drastiques des remboursements effectués par l’Assurance Maladie au détriment des assurés et des mutuelles santé, il serait certainement préférable de se poser la question autrement en comprenant les raisons pour lesquelles nous en sommes arrivés. A ce propos, les partenaires sociaux et les représentants entrepreneuriaux devraient s’associer afin de réfléchir sereinement aux méthodes à employer afin de rétablir cette situation professionnelle qui influe nettement sur les dépenses de santé. Néanmoins au-delà desdites dépenses, il s’agit surtout de protéger la santé des travailleurs qui subissent des déséquilibres physiques et moraux dont les conséquences sont souvent très difficiles sur le plan médical. Enfin, cette étude montre également que des solutions existes mais qu’elles nécessitent un certain volontarisme.

A l’occasion de la continuation de notre présentation des conséquences sur travail sur les dépenses de santé, il nous appartient d’approfondir les résultats de l’étude publiée par l’Institut de Recherche et Documentation en Economie de Santé (IRDES). En effet, il en ressort que le travail est notamment à l’origine des dépenses de santé remboursées partiellement par l’Assurance Maladie et les mutuelles santé. En conséquence au surplus de campagnes pédagogiques, les mutuelles santé devraient se mettre en relation avec les syndicats professionnels afin de réfléchir collectivement à la résorption de cette fâcheuse réalité. Ainsi non seulement les mutuelles santé ainsi que l’Assurance Maladie pourront sortir de l’ornière dans laquelle elles sont embourbées depuis de longues années, mais en plus les patients augmenteront leur qualité de vie. Toutefois malgré son incontestable pertinence, cette étude ne fait que confirmer toutes les problématiques anxiogènes inhérentes à l’exercice d’une activité professionnelle.

A propos de cette étude, il convient de s’intéresser plus précisément à ses objectifs « l’objectif de cette étude est d’estimer l’impact de certaines conditions de travail sur des indicateurs de dépenses de santé et de mesurer l’effet agrégé sur les dépenses de santé de la collectivité. Notre analyse empirique repose sur un échantillon de salariés âgés de 18 à 65 ; ces données sont issues de l’enquête Santé 2002-2003″. Dès lors, cette étude se révèle particulièrement intéressante parce qu’elle va au-delà de simples réflexions sociologiques en apportant de nombreux exemples concrets et chiffrés qui permettent de mieux comprendre l’influence des conditions de travail sur les dépenses de santé en France. Néanmoins, cette problématique n’est pas exclusivement associée à la France puisqu’elle touche tous les pays industrialisés dans lesquels la logique productiviste entraîne des pathologies sur ses principaux acteurs. En conséquence sur le fondement de cette étude, il appartient aux pouvoirs publics, aux syndicats professionnels, à l’Assurance Maladie ainsi qu’aux mutuelles santé de se réunir afin de trouver les solutions adéquates à cette réalité.